Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





lundi 23 avril 2018

Naissance du SNA : du sous-marin hautes performances au SNA 72 (1964 - 1976)

© Inconnu. Lancement du SNA Saphir le 1er septembre 1981 à Cherbourg.
Le Statut naval de 1955 révisé par le rapport de l'Amira Nomy (Chef d'État-Major de la Marine (CEMM) ; 26 octobre 1951 - 1er juillet 1960) adressé au ministre de la Défense nationale et des forces armées le 20 octobre 1956 comportait deux phases. La deuxième prévoyait la mise à flots de 180 000 tonnes dont 120 000 tonnes pour la Force opérationnelle atomique d'ici l'année 1970. Abandonnée, de facto, en 1958, elle est remplacée par la future FOST. L'aventure de cette dernière débute par la commande du futur Le Redoutable (2 mars 1963) pour une mise sur cale en fin d'année 1964.Le Conseil Supérieur de la Marine (CSM) aborde, toujours en 1964, la question du "sous-marin HP" (hautes performances) qui dans tous les esprits ne peut qu'être à propulsion navale nucléaire (Thierry d'Arbonneau (dir.), L'encyclopédie des sous marins français - Tome IV : La fin de la Guerre froide, Paris, SPE Barthélémy, 2017, p. 55). 14 avant-projets, variantes et projets et douze années plus tard le Provence est mis sur cale le 11 décembre 1976.

dimanche 22 avril 2018

Force Opérationnelle Atomique (1956 - 1958)

© US Navy.
La première mouture d'une participation navale à la constitution d'une force atomique nationale est proposée en 1956 et peut être considérée comme abandonnée en 1958 quand ses premiers vecteurs ne sont pas commandés ou admis au service actif (1958). Il s'agissait de dupliquer les projets de l'US Navy. La Marine nationale cherchait à préserver sa place dans le dispositif militaire français en assurant celle de la France dans l'Alliance atlantique. Cet épisode très court pour obtenir une composante océanique de la dissuasion nucléaire basculera rapidement des missiles de croisière vers les engins balistiques lancés depuis des SNLE (Sous-marin Nucléaires Lanceur d'Engins) en moins de cinq ans aux États-Unis quand les premières solutions opérationnelles envisagées ne soutiennent pas la comparaison face aux premiers SNLE.
 

samedi 21 avril 2018

SNLE-NG : du ND-1 au ND-6

© Marine nationale. SNLE en cale sèche à l'Ile Longue.
Il est systématique pour chaque système d'arme et donc chaque futur bâtiment de guerre que soit proposé plusieurs avant-projets. Ils matérialisent autant de choix techniques et technologiques qu'un fin ajustement des capacités opérationnelles voulues. Les études des successeurs des Redoutable débutent en 1981 et s'achèvent en 1993. Elles évoluent depuis l'avant-projet ND-1 jusqu'au ND-6. (Natacha Hochman, Pierre Quinchon et François Dupont, Le Triomphant, Paris, Perron, 1994, 264 pages). C'est le 5 juillet 1985 que l'avant-projet ND-6 est arrêté. Le Triomphant était mis sur cale le 9 juin 1986, lancé le 26 mars 1994 et admis au service actif le 21 mars 1997 et devrait quitter le service à partir de l'année 2032.

vendredi 20 avril 2018

Grèce : FREMM car MdCN ?

© Naval group. "FREMM grecques : Le contrat à ne pas rater pour DCNS".
La future première frégate grecque pourrait être baptisée άκαμπτος (Inflexible) ou encore επίμονος (Tenace). Athènes témoigne de son intérêt et négocie depuis 2003 pour l'acquisition et la location de FREMM au profit marine de guerre hellénique (Ελληνικό Πολεμικό Ναυτικό). En 2018, pour que le gouvernement grec par l'entremise de son ministre apporte publiquement reconnaissance et crédit à sa demande de location de deux frégates FREMM jusqu'à préciser le mois de la réception (juillet ou août), c'est à se demander si le principal facteur d'explication n'est pas qu'il s'agit du seul navire français pouvant actuellement embarquer le MdCN (Missile de Croisière Navale). La démonstration au large de la Syrie est si proche de cette demande grecque qui a du être officiellement démentie par la ministre de la Défense, Mme Parly. La pression de la Turquie est durement ressentie en Grèce, ce que semble feindre d'ignorer Paris (aucune citation de la Grèce dans aucun livre blanc (1994, 2008* et 2013) ni dans la revue stratégique (2017).

jeudi 19 avril 2018

Le sous-marin d'attaque dans la Revue stratégique de Défense et de Sécurité nationale

© Naval group. Le Suffren à Cherbourg en août 2017, photographie publiée dans Emmanuelle et Vincent, « Les Suffren arrivent !», Sous-marins - Les seigneurs de la guerre navale, Défense et Sécurité internationale, hors-série, avril - mai 2018, nº59.
La Revue Stratégique de Défense et de Sécurité Nationale (RSDSN) confirme la place des SNA au sein de la stratégie militaire française. Et, contrairement aux craintes nombreuses qui virent le jour depuis l'année 2007, le format de la sous-marinade ressort conforté à six SNA dans la Loi de Programmation Militaire (2019 - 2025) - ou LPM. Plus généralement, la revue stratégique et sa transposition dans la loi de programmation militaire réduit le sous-marin d'attaque à son rôle de gardien des "sous-marins stratégiques" sans oser critiquer la prolifération sous-marine mondiale et exposer le point de vue français quant aux confrontations dans l'espace sous-marin. La liberté de navigation demeure un point cardinal de la stratégie militaire française, tout particulièrement pour l'entrée en premier sur un théâtre et la sanctuarisation de la composante océanique de la dissuasion, mais la revue jette un voile pudique sur la dispute de l'espace sous-marin.

mercredi 18 avril 2018

SN3G : présentation de la maquette à Euronaval 2018 ?


Le FMOD (Futur Moyen Océanique de Dissuasion) cédait définitivement la place au SN3G. Des quelques bribes d'informations dévoilées par les décideurs, il est possible de dessiner le contour de l'enveloppe dans laquelle les nouveaux bateaux de la dissuasion océanique sont conçus. Le fait que ce programme majeur pour la Défense nationale ait été consacrée autant dans la Revue stratégique que dans la loi de programmation militaire (2019 - 2025) en son rapport annexé laisse peut être entrevoir l'apparition d'une future maquette au salon Euronaval 2018, maintenant que l'utilité du SN3G n'est plus disputée entre responsables politiques.

mardi 17 avril 2018

Bâtiment de Guerre Des Mines : avant-projet

© MBD Design.
Le programme SLAMF (Système de Lutte Anti-Mines du Futur) progresse. La Loi de Programmation Militaire (2019 - 2025) - ou LPM - contient la commande des deux premiers bateaux. Ils sont attendus avant 2025 pour une cible dimensionnée à quatre unités (après 2025). Naval group procède actuellement au recrutement du directeur du programme BGDM (Bâtiment de Guerre Des Mines) ou MVCMV (Mine Counter Measure Vehicle) parmi les candidats retenus alors que l'annonce, publiée au début du mois de mars, n'est déjà plus en ligne.

jeudi 29 mars 2018

FACDAR Alsace : les premiers blocs

© Naval group.
La ministre de la Défense - Mme Florence Parly - s'est déplacée à Lorient pour une visite à l'endroit de la FORFUSCO (FORce maritime des FUSiliers marins et COmmandos) avant de se rendre sur le site de Naval Group et tout particulièrement dans la forme de construction de la frégate Alsace. La septième unité du programme FREMM (Frégate Européenne Multi-Missions devenue FREgate Multi-Missions) est la première FACDAR (FREMM ASM à Capacités de Défense Aérienne Renforcées). La sous-classe Alsace - Alsace (2021 - ...) et Lorraine (2022 - ...) - est très attendue pour prendre la suite des Cassard (1985 - 2021) et Jean Bart (1988 - 2022).

vendredi 16 mars 2018

Syrie : première utilisation du MdCN ?

© Marine nationale - L. Bernardin. Premier tir de MdCN depuis la FREMM Aquitaine en mai 2015.
L'enchaînement des actions militaires en Syrie de la part des protagonistes voit les anti-chambres des chancelleries envisager ouvertement un nouvel emploi coercitif de la force depuis les frappes ordonnées par le président Donald J. Trump (59 missiles Tomahawk, 6 avril 2017). Dans cette perspective, et à nouveau depuis le mois d'août 2013, une action militaire française en coalition, voire autonome - dixit le CEMA -, est de nouveau évoquée. Quelle participation navale est-elle envisageable ?

samedi 3 mars 2018

Al kowat al bahreya al mamlaka al maghribeya : création d'une force sous-marine ?

© Inconnu. Un sous-marin russe d'un type Kilo non-identifié (projet 877 ? 636 ?) amarré à des quais de la ville autonome de Ceuta (territoire espagnol en Afrique du Nord), date non-précisée.
La Al kowat al bahreya  al mamlaka al maghribeya (القوات البحرية الملكية المغربية : la Marine Royale Marocaine) bénéficie d'une progressive montée en puissance jusqu'à la mise en place de ce qui peut apparaître comme un groupe de lutte Anti-Sous-Marine (ASM) plutôt cohérent et robuste. C'est pourquoi l'intention prêtée à la Marine Royale Marocaine de réfléchir à l'arrivée de sous-marins dans ses rangs est tout autant qu'un "game changer" qu'un facteur d'instabilité dans la région du détroit de Gibraltar tandis que la Chine monte (économiquement mais aussi militairement) en puissance dans le bassin occidental de la mer Méditerranée.

vendredi 2 mars 2018

Forțele Navale Române : trois nouveaux sous-marins

© Inconnu. Le Delfinul en 2011.
La Forțele Navale Române (FNR - Force Navale Roumaine) voit sa force sous-marine se réduire à seulement une seule unité depuis les années 1980. Le Delfinul est de nouveau opérationnel après une éclipse de 22 ans sans servir. Il est question depuis - au moins - l'année 2012 que la FNR acquiert de nouveaux bâtiments. Cela ferait d'elle la première force sous-marine en mer Noire qui ne soit ni russe (6) ni turque (un panachage des 13 unités).

jeudi 1 mars 2018

Onderzeedienst : succession des Walrus

Trois des quatre unités de la classe Walrus.
La Koninklijke Marine (Marine Royale) est l'une des plus anciennes marines européennes - si ce n'est la plus ancienne. L'OZD (Onderzeedienst - Service sous-marin) n'a pas bénéficié de la mise sur cale d'un sous-marin de facture neuve depuis 1992. Les quatre unités de la classe Walrus quitteront le service de manière échelonnée entre 2025 et 2029. Cette force sous-marine au passé prestigieux et toujours ambitieuse bénéficiera d'un ensemble de choix pour un programme très ouvert puisque la pertinence du renouvellement même de la capacité a été âprement discuté.

mercredi 28 février 2018

Tentara Nasional Indonesia - Angkatan Laut : de 2 à 8 sous-marins

© DSME. Le KRI Nagapasa lors de la cérémonie de lancement en mars 2016.
Pendant tout le conflit Est-Ouest, l'Indonésie avait le grand rôle stratégique de commander le passage de l'océan Pacifique à l'océan Indien. La force sous-marine indonésienne, depuis le début des années 1980, avait le mérite d'exister et de constituer une capacité opérationnelle résiduelle permettant à la marine indonésienne (Tentara Nasional Indonesia - Angkatan Laut (TNI-AL) ou Armée Nationale Indonésienne - Force Navale (ANI - FN) de posséder une capacité à dénier l'accès à ses eaux à un éventuel adversaire. L'ambition affichée est de porter le nombre de sous-marins de 2 à 12, en 2006, avant de revenir à 8 unités en 2017. Un premier contrat pour l'achat de sous-marins avec transferts de technologies était signé - le précédent l'avait été il y a une quarantaine d'années - avec le sud-coréen DSME (Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering) en 2011. La première unité livrée augure assez mal la montée en puissance...

mardi 27 février 2018

Plan Magellan : la galère des sous-marins ?

© Inconnu.
L'Italie doit commander cette année deux nouveaux sous-marins afin de parachever le renouvellement de la sous-marinade italienne entrepris à l'extrême fin des années 1990. Contre un certain nombre de logiques très bien comprises, la France pousse une proposition fondée sur le Scorpène alors que tout portait à croire qu'une nouvelle paire d'U-212 serait commandée pour la Marina militare. Une ultime paire de sous-marins devrait rejoindre la marine italienne vers 2025. Cela revient à se demander quels sont les objectifs véritablement poursuivis par cette démarche.

lundi 26 février 2018

Les travaux d'intérêt général dans les bases navales ?





© Marine nationale. Le Bâtiment de Commandement et de Ravitaillement (BCR) Somme est entré au bassin 9 de la base navale de Brest pour entamer les travaux d’ampleur de son arrêt technique majeur (ATM) en janvier 2016.
 
Une Agence des Travaux d'Intérêt Général (ATIG ?) pourrait être prochainement créée en France afin de favoriser des peines alternatives à l'emprisonnement alors que les travaux d'intérêt général ne concernent que 7% des peines prononcées. Les condamnés comme le ministère de la Défense, et plus particulièrement la Marine nationale, pourraient trouver là une belle occasion de favoriser la réinsertion : entretien des bases navales et des coques de la Marine en échange de qualifications professionnelles.

mercredi 14 février 2018

Croiseurs De Grasse et Colbert : refonte Terrier ?


L'achèvement du croiseur De Grasse (10 septembre 1956 - 1973) ainsi que la construction du croiseur Colbert (5 mai 1959 - 1991) relèvent de décisions dont les rationalités méritent d'être explorées dans la mesure où ces bateaux étaient obsolètes dès leur mise en service. Et c'est pourquoi le fait qu'une demande de livraison - gratuite - de systèmes d'arme RIM-2 Terrier aux États-Unis d'Amérique ait été aussi facilement écartée mérite d'être présentée avant d'entamer des recherches complémentaires.

vendredi 2 février 2018

Vases communicants

L'aviso A69 Premier maitre L'Her dans le goulet de Brest, le 12 juin 2017.
Le programme BATSIMAR poursuit sa bien drôle de route depuis 2008 : l'Amiral Prazuck, Chef d'État-Major de la Marine nationale, déclarait qu' "après plusieurs années de bataille pour avoir des BATSIMAR outre-mer, j’ai proposé de différencier ce programme. J’avais initialement l’intention de remplacer les patrouilleurs métropolitains et les patrouilleurs outre-mer par une même classe de bateau. Je n’y parviens pas. Ce serait trop cher, me dit-on." (audition devant la commission de la Défense et des forces armées, 11 octobre 2017). La coopération navale franco-italienne permettrait de faire rentrer par la fenêtre le BATSIMAR tel que perçu depuis 2008 quand il est sorti par la petite porte fin 2017 en France...